Albanie

photo_20150428151535-resized-1024Les serbes nous l’avait pourtant déconseillé : « les Albanais ne sont pas sympas et surtout ce sont des voleurs ». Mais nous y sommes quand même allés ! Le passage du Monténégro à l’Albanie a été sans transition. Nous avons constaté immédiatement le changement de pays : les habitations sont bien différentes, toutes ont sur leur toit une énorme réserve d’eau. Nous en avons vu beaucoup tout au long de notre traversée, elles sont très utiles lors des coupures d’eau. Cela n’empêche pas les Albanais de nettoyer fréquemment leur voiture dans les nombreux Lavazh. Il faut dire qu’il y a beaucoup de poussière.

Nous nous sommes rapidement imprégnés des habitudes et de la culture albanaise grâce à la rencontre de Vjollca le premier soir. Vjollca est directrice au ministère de l’intégration à l’Europe. Elle s’implique et travaille beaucoup en faveur de celle de l’Albanie. Malgré cela, elle a pris le temps de nous faire visiter la ville de Lezhë et sa forteresse. Elle nous a présenté Le Héros albanais : Skenderberg. Ils en sont tous très fiers. Nous allons essayer de vous retranscrire son histoire.

photo_20150429140448-resized-1024Skenderberg était le fils cadet du seigneur de la moyenne Albanie. Rebelle contre les Ottomans, son père fut obligé de payer un tribut à l’Empire. Ainsi, ses quatre fils furent enlevés pour servir dans l’armée ottomane. Tous furent tués sauf un. Trop jeune lors des faits, Skenderberg ne connaissait pas son histoire mais certains autour de lui la lui racontérent. Alors brillant officier, il profita d’une campagne contre la Hongrie pour changer de camps et retourner au pays avec d’autres soldats albanais. À Lezhë, il rassembla les princes des différentes regions dans une résistance contre les Turcs qui tenu 37 ans.

Passionnée d’histoire et de politique Vjlloca nous a aussi racontés quelques faits historiques. Sous l’Empire Ottoman de nombreuses personnes furent convertis à l’Islam plus ou moins par force. Lorsqu’ils n’étaient pas musulmans, les villageois devaient payer d’énormes taxes, suite à ça il ne leur restait plus rien. Ils finissaient donc par se convertir. Aujourd’hui la religion est présente mais très discrète, on voit très peu de lieux de culte. Chrétiens et musulmans sont très tolérants entre eux. Vjlloca nous a aussi parlé de la période communiste qui dura presque 40 ans. Le pays était dirigé par Enver Hoxha. Cette dictature fut la plus dure d’Europe. Les gens n’avaient vraiment rien.
photo_20150502165928-resized-1024De nombreux bunkers sont encore présents dans la campagne albanaise. Construits entre 1950 et 1985, ils ressemblent à des petits champignons de 5 tonnes quasi impossibles à détruire. Ils furent réalisés pour résister à une invasion, on estimerait leur nombre à 700 000. Pour prouver leur résistance, l’ingénieur en chef les testa lui même en se faisant bombarder par un tank. Il en sorti indemne.

L’Albanie est le pays le plus pauvre d’Europe. Face à la décroissance économique du pays, le gouvernement est très strict avec la population. Beaucoup d’albanais sont au chômage.

Nous avons continué notre route vers Tirana, la capitale. Cela n’a pas été sans peine : pas facile de s’orienter sans panneaux. Seules les routes principales sont bien indiquées et bien goudronnées. Pour le reste, pas ou peu de panneaux et des trous, beaucoup de trous ! Il faut slalomer entre eux, tout en faisant attention aux voitures qui elles-mêmes slaloment entre nous et les trous. Ça crée parfois un joyeux bazar ! Les deux-roues sont très présents sur les routes, aussi bien les motos et les scooter que les vélos. Nous y avons d’ailleurs rencontré pas mal de cyclotouristes.
À Tirana et dans d’autres grandes villes, on peut voir des bus dephoto_20150502103909-resized-1024 ville allemands et français. On a par exemple vu des bus de Paris, de Lyon et de Montpellier avec toutes leurs inscriptions d’origine en français. C’est surprenant !

Notre périple s’est poursuivis le long de la côte Ionienne. Les routes escarpées de bord de mer nous ont un peu fait souffrir mais nous avons été récompensés par des paysages splendides. Pas de restaurants ou d’hôtels, seulement la nature. Le printemps est maintenant bien présent avec sa chaleur, ses fleurs et ses odeurs parfumées.

photo_20150502150240-resized-1024L’Albanie a été pour nous une réelle découverte. Les gens sont très gentils et enthousiastes. Il y a comme une effervescence permanente et toujours quelqu’un dehors. Nous avons été encouragés par beaucoup d’entre eux le long des routes. Nous avons quitté l’Albanie le 5 mai pour la Grèce.

6 Comments

  1. Coucou!
    Vous faites un super voyage et vos récits sont très intéressants !! Bonne route:-) a bientôt Céline

  2. PAUGAM Bruno

    L Albanie et surtout les Albanais aspirent à changer et à s ouvrir sur l’ Europe . ça fait vraiment plaisir que vous ayiez découvert ce pays sans préjugés . Continuez a voyager avec cet etat d esprit , vos recits sont toujours frais et indtructifs . ..

  3. Salut les chéris,
    toujours un plaisir de vous lire. Bon, l’Albanie ça a pas l’air d’être les Galapagos, mais il a l’air d’y faire bon vivre. Enfin je parle du côté nature… Bon courage pour les étapes à venir !
    Bises

  4. Bonjour, c’est un essai !

  5. Christian Prevalet

    Merci pour ce moment de partage qui était très intéressant. Et bonne route sous grand un ciel bleu .

  6. Génial, j’ai rattrapé tout mon retard et j’en veux encore !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.