Serbie

20150416110323-resized-1024La Serbie. Une vraie belle surprise!  Nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre. Les gens allaient-ils être plutôt distants et froids ou au contraire ouverts et chaleureux ? Les serbes sont très sympathiques !

Nous avons traversé le sud de la Serbie de Knjazevac à Novi Pazar pour rejoindre le Monténégro. Les paysages montagneux sont magnifiques même s’ il y a toujours quelques déchets le long des routes. Ce qu’on voit le plus, ce sont des bouteilles en tout genre, ensuite viennent les couches pour bébé. Sur les routes principales à l’approche des villes, on voit aussi pas mal d’animaux morts, des chiens, des chats et d’autres. Pour ce qui est des hommes il y a de très nombreuses plaques commémoratives.

oi000502-resized-1024Sur la route nous avons toujours le droit à un coup de klaxon des voitures pour nous avertir de leur passage, nous encourager ou tout simplement nous dire bonjour. Contrairement à la Roumanie et à la Bulgarie où l’on voyait encore des chevaux, ici les gens utilisent le motoculteur dans leur jardin, les champs et sur les routes. Ils peuvent le relier à une remorque pour se déplacer avec du matériel, c’est très pratique !

Il y a dans certaines villes comme une ambiance de vacances. Les gens ont l’air de se faire plaisir. En particulier les enfants qui peuvent trouver dans la rue toutes sortes de friandises et de divertissement : trampoline, manège, voiturettes…

Oeufs de pâques

Oeufs de pâques

Les serbes sont très accueillants et généreux. Lorsque nous avons demandé de l’eau à des personnes dans leur jardin, nous avons été invités à prendre le café, qui a été accompagné d’une bière, d’oeufs de pâques (oeufs durs décorés) et finalement du dîner et de nourriture pour le petit déjeuner du lendemain. Un peu d’anglais, d’allemand, de gestes et de technologie permettent de communiquer.

C’est ensuite Stefan qui grâce au site Warmshower nous accueilli chez lui comme des rois. Merci beaucoup !

A la pause déjeuner dans un petit village, un petit papy nous a offert un sac de la boulangerie. Enfin, Dzenis et sa mère nous ont ouvert leur porte lorsque l’on cherchait un endroit pour planter notre tente à 1000 m d’altitude, nous épargnant ainsi une nuit bien fraîche.

Toutes ces rencontres nous ont permis d’échanger avec les serbes, de connaître leurs vies et leur culture et de comprendre quels sont leurs buts et leurs problèmes dans un pays encore marqué par une guerre relativement récente.

Monastère de Zica

Monastère de Zica

En Serbie nous avons aussi apprécié les belles églises et les beaux monastères orthodoxes. Nous avons aimé les paysages montagneux et les pintes de bières à moins d’un euro. On comprend mieux pourquoi la fanfare des 38 Tonnes y retourne chaque année. Nous avons nous même fait la promesse d’y retourner un jour, pourquoi pas à l’occasion du festival de Guca.

3 Comments

  1. Il faut vendre la pustule !
    Ca à l’air de bien se passer pour l’instant, c’est cool !
    BiZouX
    Patronne

  2. Salut!!
    Ca fait plaisir de vous lire et de savoir que vous rencontrez des personnes chaleureuses! En arrêt depuis le 15 avril , je pense bien à vous!
    A plus pour vos nouvelles aventures !!
    Pas trop dur de pédaler?
    Bises Céline

  3. picardi.alfredo@aliceadsl.fr

    j’aime votre récit de voyage emprunt de réalités vécues.
    bien cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.