Turquie II

Voici le second volet de notre périple en Turquie. Nous sommes restés 8 jours à Istanbul. Cette petite pause était prévue avant notre départ car les parents de Fanchon nous y retrouvaient le 2 juin. Une semaine n’était pas de trop pour visiter cette magnifique ville pleine d’histoire.

photo_20150604190924-resized-1024Point stratégique entre l’Europe et l’Asie, Istanbul fut successivement la capitale de l’Empire romain d’Orient et de l’Empire Ottoman. Depuis 2000 ans, elle est associée aux événements majeurs de l’histoire politique, religieuse et artistique de la région. Les très célèbres monuments comme Sainte Sophie ou le Palais du Topkapi en témoignent.

Aujourd’hui, Istanbul est une ville relativement européanisée, très dynamique et multiculturelle. La foule et les voitures animent les rues jusque très tard dans la nuit.

Nous avons visité de nombreuses mosquées, bazars ainsi que quelques musées. Nous avons aussi pris le ferry afin de profiter de la vue offerte par la traversée et trouver un peu de calme l’instant d’une journée sur l’île aux Princes, où les voitures sont interdites.

photo_20150605110505-resized-1024A Istanbul, nous avons pu aussi découvrir l’artisanat turc grace à des centres d’artisans développés dans certains quartiers. On y trouve des céramiques très colorées, des tapis et des tableaux fait à partir de la technique de l’ebru, peinture sur l’eau. Cette dernière nous a plutôt impressionnés.

photo_20150609144646-resized-1024Lors de notre séjour à Istanbul ont eu lieu les élections parlementaires. Nous appréhendions un peu les résultats sachant que notre appartement était à deux pas de la place Taksim, lieu symbolique des revendications de la gauche turque. Comme prévu l’AKP a remporté les élections mais avec un pourcentage en baisse. Les turques sont restés calmes.

Après avoir récupéré nos visas iraniens à l’ambassade d’Iran, nous quittons Istanbul par bus direction Ankara. La capitale turque est bien plus pauvre sur le plan historique et culturel que sa consoeur, Istanbul. Nous y passons à peine 2 jours, le temps de visiter succinctement le centre et de lancer la procédure pour nos visas ouzbeks. Nous y rencontrons toutefois Serap une chouette fille dynamique et passionnée de voyage à vélo.

Nous poursuivons le voyage sur nos vélos direction la Cappadoce. Sur notre route, le deuxième lac de Turquie : Tuz Gölü (qui signifie lac salé). En chemin, une voiture transportant des vélos s’arrête à notre niveau. Les passagers nous expliquent qu’un Festival de vélo a lieu ce weekend non loin d’ici en Cappadode. Les warmshower contactés nous le confirment. Nous décidons donc d’y aller ! Par chance nous réussissons même à y être dès le vendredi soir grâce à un camion qui nous avance de quelques 100 km.

photo_20150612164048-resized-1024Lors du festival nous rencontrerons beaucoup de turcs, tous sont passionnés de vélo mais plutôt de vélo de montagne, type VTT. Nous laissons nos sacoches le temps d’un weekend et faisons les deux excursions en montagne dans la vallée d’Ihlara avec eux. Sans nos affaires nous ne roulons plus, nous volons ! Fanchon a quand même peur que nos vélos cassent et que nos pneus percent. Mais Gabriel est persuadé que nos vélos, c’est du costaud ! Les routes se transforment souvent en chemins boueux et accidentés. Nous sommes même parfois obligés de porter les vélos.

Lors de ce festival, nous avons rencontré Jacob, un cyclo-voyageur allemand. Nous continuerons notre route avec lui jusqu’au coeur de la Cappadoce à Göreme.

photo_20150617145704-resized-1024La région de la Cappadoce est effectivement une region incontournable en Turquie. Les paysages y sont grandioses et dépaysant. Nous avons trocké nos vélos contre nos chaussures de marche pendant deux jours afin de profiter des nombreux chemins de randonnées.

Le temps file, la Turquie est magnifique mais nous devons faire des choix. Rester plus remettrait en question la suite de notre voyage. Nous ne pouvons pas être trop tard au Tadjikistan, il y ferait trop froid ! Nous prenons un bus de nuit pour atteindre Trabzon au nord et se rapprocher de la frontière géorgienne.

Le départ de ce trajet en bus fut un peu compliqué. Nous avons payé nos billets en précisant que nous avions des vélos et n’avions rien à ajouter. Mais au moment du départ, ce n’était plus pareil. Nos vélos ne pouvaient pas rentrer dans les soutes il n’y avait pas assez de place avec tous les bagages des autres voyageurs.

Mais finalement si on payé le prix d’un autre billet 80 TL aux chauffeurs, ça pouvait le faire. Sauf que nous n’avions pas un rond, il était 21h30 et il pleuvait. Il nous propose finalement 50TL, on dit oui, mais nous n’avions que 20TL sur nous, mais ça ils ne le savaient pas. Le bus étant en retard nous chargeons les vélos sans qu’ils ne nous demandent l’argent. Le plus drôle c’est qu’ils n’avaient pas vu notre quantité de sacoches, nous faisons vite au cas où il ne changerait d’avis. Enfin drôle, pas vraiment, la situation était plutôt exaspérante sur le coup. Une fois le bus parti, l’un des chauffeurs vient nous demander l’argent et là problème. On leur dit qu’on payera le reste à Tabzon, finalement ils nous déposeront dans une rue à Trabson, sans nous demander le reste d’argent.

photo_20150619205422-resized-1024A Trabzon, nous rencontrons Nurullah grâce au site warmshower. Nous passons un agréable moment en sa compagnie. Il avait préparé une petite surprise pour Fanchon. Un atelier avec l’une de ses amies pour lui apprendre à mettre correctement son voile pour l’Iran, tout ça en mangeant quelques baklavas !

Le 18 juin à commencé le ramadan. Nous l’avons peu ressenti dans les regions touristiques mais ic……i dans le nord où la population est très pratiquante nous constatons la différence. Tous les restaurants sont fermés, les hommes au bar attendent oisivement que la journée passe. Vers 17h, les villes se réveillent, les gens achètent de quoi préparer les différents plats qu’ils mangeront au cours de la nuit. C’est assez impressionnant de voir la quantité de nourriture en « mouvement » lors de cette période !

On nous avait prévenus, la côte nord, le long de la mer noire est très pluvieuse. Effectivement, il pleut beaucoup ! La végétation y est très verte et dense. Les nombreuses plantations de thé parfument le rivage.


photo_20150621090209-resized-1024La marque de thé local, Çaycur, possède de nombreuses fabriques dans la région. La pluie battante nous motive, nous tentons notre chance et demandons à visiter l’usine principale. Ils accepent avec plaisir. Nous reprenons la route mais pour un court moment. Un petit camion propose de nous emmener jusqu’à la frontière géorgienne, bien sûr nous acceptons et hop 120 km et le soleil retrouvé ! Nous quittons la Turquie le 19 juin.

La Turquie est un pays riche d’histoire et de savoir-faires. Sa gastronomie est aussi diversifiée que ses paysages et les gens y sont d’une gentillesse et d’un accueil incroyables ! Nous y sommes restés plus d’un mois mais il nous en aurait fallut un autre pour visiter le sud. Nous reviendrons peut-être un jour !

5 Comments

  1. Toujours aussi sympa de vous suivre et de vous lire. Moi aussi je voudrais retourner en Turquie. Quel pays merveilleux !!! Bonne roue et bonne route. Je vous embrasse mes chéris.

  2. it was nice to see you at the Aksaray bike festival.hope your trip goes well.here more photos and videos of you :)https://www.facebook.com/media/set/?set=oa.955732964489516&type=1 . https://www.youtube.com/watch?v=G1objSnExU8

    • Hi Melih !
      We spent great time with you and your friends at the festival.
      Thank you very much for these links.

  3. picardi alfredo

    je suis toujours aussi admiratif et très heureux de bénéficier de récits découverte qui font rêver .Merci à vous de m’en faire profiter

  4. je suis admiratif devant ces paysages et des rencontres avec faite avec les habitants ainsi que votre courrage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.