Taïwan

Il parait que Taïwan c’est la Chine sans les chinois. Il est vrai qu’on y parle le mandarin et que son nom officiel est République de Chine. C’est en tout cas ce qu’il y a s’inscrit en gros sur les passeports des Taïwanais, cela crée d’ailleurs quelques confusions aux frontières lorsqu’ils voyagent.

Ces points communs s’expliquent par l’histoire de l’île. À l’origine peuplée par des aborigènes, l’île fut découverte et colonisée par les hollandais et les espagnols. Ils firent venir des travailleurs chinois du continent. À la suite de lutte de pouvoir sur le trône impérial, un général chinois Koxinga, chassa les européens et vint s’installer sur l’île en 1662. Plus tard Taïwan fut donnée au Japon comme tribut de guerre jusqu’à sa défaite en 1945. Après la seconde guerre mondiale, Tchang Kaï-chek leader du Kuomintang, parti nationaliste opposé au parti communiste chinois vint se réfugier à Taïwan avec un million d’autres chinois et y prit le pouvoir tout en revendiquant le reste de la Chine. La dictature dura jusqu’à la fin du siècle avant une transition progressive à la démocratie.

photo_20151017020902-resized-960D’un point de vue géographique, l’île ressemble à une patate douce s’étendant du nord au sud. Nous arrivons du côté ouest où se trouvent des plaines très urbanisées. L’hébergement est réputé assez cher. Comme il parait difficile de camper, nous contactons plusieurs Warmshowers pour nous accueillir pendant la première semaine. Nous ne sommes pas déçu ! Le premier, Chi nous accueille comme des rois. Il nous fait goûter la nourriture locale, nous donne des conseils pour notre parcours et des codes pour accéder au wifi dans les nombreux 7-eleven de l’île.

Nous quittons Chi pour rejoindre un autre hôte vivant dans un petit village. Sur la route, nous sommes impressionnés par le nombre de temples taoïstes et bouddhistes, bien plus nombreux qu’en Chine ! La nourriture est bon marché et délicieuse. Nous trouvons les plats plus fins et plus raffinés qu’en Chine. Ici il y a souvent quelqu’un avec une base d’anglais pour nous aider à comprendre ce que l’on mange. Cela nous facilite la vie. Les scooters électriques chinois sont remplacés par des deux roues tout aussi nombreux mais avec des moteurs thermiques. C’est moins agréable mais ici, finis les klaxons infernaux. Quel soulagement pour nos oreilles !

Cours de Jeff | Jeff's courtyard

Cours de Jeff | Jeff’s courtyard

Le village dans lequel nous arrivons est recouvert de fresques d’un style bien particulier. On découvre que ceci est l’oeuvre de notre hôte Jeff, illustrateur. Il a deux passions : le voyage à vélo et le dessin. Autant dire que ses carnets de voyage sont magnifiques. Avec un autre ancien voyageur au long cours, Chain, il nous emmène au festival de marionnettes qui a lieu dans la ville voisine. Nous découvrons une véritable culture populaire qui a une certaine époque remplaçait la télévision. Nous découvrons également une femme très intéressante et débordante d’idées, véritable figure locale à l’origine de nombreux projets culturels. Celui qui nous séduit le plus est le Kamishibai ou vélo-histoire, sorte de machine à contes ambulante. Ces deux jours sont très intenses, enrichissants et stimulants.

À Tainan ancienne ville coloniale, nous faisons avec notre hôte-guide la visite des nombreux temples de la ville. Professeur d’histoire de l’art, Michelle nous apprend beaucoup sur l’histoire du pays, sur la religion et sur l’écriture du chinois. Les taïwanais sont à la fois très religieux et très tolérants. Les temples bouddhistes, taoïstes et confucianistes cohabitent avec les églises catholiques et protestantes. Le premier soir Michelle nous emmène voir l’un de ses élèves qui apprend le chinois, Dominique. C’est un français marié à une Taïwanaise qui vient d’ouvrir une boulangerie. Nous nous regalons de pâtisseries au goût bien de chez nous, ça fait du bien !

Singes de Kaohsiung | Monkeys oh Kaoshiung

Singes de Kaohsiung | Monkeys oh Kaoshiung

Après avoir traversé Kaohsiung et sa montagne des singes nous quittons enfin la zone urbanisée où les feux rouges rendaient la route hachée. Nous découvrons alors les magnifiques paysages de bord de mer du sud de l’île. Un jour, une voiture s’arrête pour nous offrir des fruits que nous ne connaissons pas encore. Merci !

Têtes de Buddha | Buddha's head

Têtes de Buddha | Buddha’s head

Lorsque que nous remontons la côte est, nous rendons visite à un amie de Chi, Shuan. Elle nous accueille avec un sourire radieux. Elle nous emmène nous baigner à la source chaude voisine, marcher sur la plage, goûter au fruit local : la tête de bouddha et manger de délicieuses nouilles sautées sur le marché de nuit local.

Un typhon évoluant dans le pacifique nous menace. Personne ne peut prédire où il frappera mais en attendant il nous envoie du mauvais temps et un fort vent de face. La progression vers le nord se fait donc difficilement. Un jour nous sommes pris par ce qui semble être un triathlon. En nous doublant, les coureurs nous encouragent avec le fameux « Jihao ! » : Allez courage ! Quand nous comprenons qu’il s’agit d’un ironman (3,8 km de nage, 180 km de vélo et 42,2 km de course à pied), nous réalisons qu’ils ont en fait bien plus besoin de courage que nous !

Chez Hepahu

Chez Hepahu

Sur la route, un couple en scooter nous invite dans leur chambre d’hôte. Deux jours plus tard, quand nous arrivons, c’est le grand luxe ! La maîtresse de maison Hepahu, s’amuse à nous préparer de somptueux repas. Ils nous emmènent dans leur beau 4×4 visiter la ville et les environs.

Le typhon, après avoir frappé le nord des Philippines à tout à coup disparu. Nous reprenons alors sereinement la route en direction des impressionnantes gorges de Taroko. Le village et l’église où nous logeons sont paisibles et sympathiques. Malheureusement, à cause du violent typhon qui a frappé Taïwan cet été la plupart des chemins de randonnées sont fermés. Nous prenons du repos et nous rabattons sur les quelques sentiers touristiques. Sur l’un d’eux, Fanchon surprend un grand serpent qui se retrouve coincé contre la paroi. Tout se passe très vite : elle a le réflexe de faire un pas en arrière tandis que le reptile referme ses crocs dans le vide avant de déguerpir. Nous apprendrons plus tard que la plupart des serpents de Taïwan sont venimeux et qu’il s’agit vraisemblablement d’un cobra. On l’a échappé belle !

Remis de nos émotions nous atterrissons chez un couple de warmshower Oneway et Joyee. Lui est à la fois gardien de prison et dessinateur. Il vient de sortir un livre en chinois. Nous ne pouvons pas le lire, mais les dessins témoignent des conditions difficiles dans lesquelles vivent les détenus. C’est très engagé !
Apprenant que nous devons prendre l’avion à Taipei et que nous ne nous sommes pas du tout préoccupé de l’organisation du départ, nos hôtes décident de nous aider. Après avoir mesuré nos vélos, passé plusieurs coups de fil et étudié le trajet des bus, le plan d’action est prêt. Tout devrait bien se passer, nous sommes soulagés. Merci à eux !

photo_20151026094549-resized-960À Taipei nous faisons un tour au jardin botanique pour admirer les plantes et les fleurs que nous aurions manqué sur la route. Nous visitons aussi le musée des beaux arts, plusieurs expositions nous plaisent et nous interpellent. On peut notamment citer le peintre Chang Chue. La journée entière que nous avions réservé pour prendre l’avion se passe effectivement très bien. Au lieu de faire payer un supplément pour les vélos, le chauffeur de bus nous aide à les charger. A l’aéroport, durant l’enregistrement les quelques kilos de bagages en trop ont été gentiment oubliés. Yes !

En réalité complètement différent de la Chine, Taïwan est un pays où il est très agréable de pédaler. Nous y avons découvert des paysages, une gastronomie et une culture très intéressante. Les rencontres que nous avons faites ont été très riches et ont donné naissance à de vraies amitiés. C’est le premier pays de notre voyage dans lequel nous pourrions envisager de vivre, seul problème, la barrière de la langue.

Le 29 octobre à 1h du matin nous nous envolons de Taïwan et mettons le cap sur Singapour.

6 Comments

  1. Bravo! Merci de nous faire partager !Bonne suite au voyage!

  2. Grâce à vous un superbe voyage par procuration!!!
    Bonne chance pour la suite

  3. quand je vous lis je me pose la question,
    {es ce qu’ils vont vouloir rentrer}
    Apres d’aussi belle rencontre et des paysages
    a vous couper le souffle .
    Magnifique, merci de nous faire partager ce voyage
    A+

  4. Merci pour ce bon moment de partage. Et bonne route.

  5. Encore de sacré rencontres!! Continuez de nous faire rêver!! Ou passerez vous noël? Singapour?

  6. Merci pour le bel article, je pense que je ferai un tour à Taïwan tout compte fait…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.